innover acoustique
Pour innover, il y a ceux qui suivent les règles et ceux qui s’en affranchissent. Comment innover de manière innovante ?
Au sein de Continuum, nous sommes intimement convaincus que l’innovation uniquement centrée sur un modèle économique mercantile est à bout de souffle. Nous vous expliquons pourquoi dans cet article. D’après nous, l’innovation doit se positionner comme moteur de la responsabilité sociale de l’entreprise.

Aucun problème ne peut être résolu sans changer le niveau de conscience qui l’a engendré. 

Albert Einstein

L’innovation par la veille

Traditionnellement, la veille en intelligence économique et concurrentielle est utilisée pour innover. Elle se décline en veille
  • blanche : classique,
  • grise : renseignement,
  • noire : illégale.
Attardons-nous un peu sur la notion de veille grise, voire gris foncé.
Dans la War Room, la salle d’état-major, un mur est consacré au client, un mur au produit, un mur à l’environnement concurrentiel et le dernier mur est vierge.
Posséder l’ensemble des différentes infos conduit à élever le niveau de réflexion. Il s’agit d’entraîner son cerveau à penser différemment, à être attentif aux signaux faibles pour créer une offre différenciante sur le dernier mur.
La veille concurrentielle permet de prendre conscience de nos ignorances, elle invite à se positionner dans une démarche de réflexivité conduisant à l’introspection. Elle conduit à développer des qualités d’humilité et d’empathie.

Un adage courant énonce «  Au moment où vous développez votre produit, il est obsolète parce qu’un concurrent l’a sorti. » En clair, cela signifie que pour innover, se contenter d’être l’équivalent de quelqu’un d’autre n‘est pas suffisant. Se contenter d’être moins est fatal pour une entreprise.
Renouveler sa vision pour innover permet d’étonner davantage et de rester dans la course.

Comment susciter des interrogations inédites ?

L’innovation par les usages a ceci d’intéressant qu’elle permet de penser différemment, d’éduquer son système mental à devenir plus curieux, à se laisser surprendre, à étonner.

Illustrons ceci avec un exemple propre à notre activité d’expert acoustique chez Continuum, en déclinant le terme de sonore.
La pollution sonore renvoie à une saturation du cerveau néfaste, tandis que l’équilibre sonore naturel confère au plaisir.
De même que dans la notion de bruit et de son, dans les 2 cas, on parle d’acoustique, mais tandis que l’un sature, l’autre connote une notion positive. C’est ce qui nous conduit à susciter des interrogations inédites sur les vertus insoupçonnées de l’équilibre sonore naturel.

Un état d’esprit : innover pour améliorer la Qualité de Vie

Entre innovation incrémentale – faire évoluer un produit pour l’améliorer –, innovation de rupture – disruption totale -, innovation par les usages, effectuation, etc.
Au sein de Continuum, nous sommes persuadés que les ingrédients pour innover se dénichent dans l’étude des situations autour de l’humain.
Poursuivons le parallèle avec l’état d’esprit de création de nos solutions.
Au lieu de questionner le modèle économique ou les habitudes du marché, nous souhaitons contribuer au bien commun, via l’amélioration de la Qualité de Vie.
Et c’est ainsi qu’au sein de notre laboratoire, dès 2001, nous avons décortiqué les problématiques liées aux basses fréquences.
C’est parce que l’ensemble des collaborateurs s’est emparé du sujet, que nous avons écouté notre écosystème pour scruter leurs besoins, que nous déposé un brevet dès 2007, pour donner naissance aux solutions acoustiques Continuum, en 2015.
Elles visent certes à réduire le bruit, mais également à favoriser l’équilibre sonore naturel de l’usager dans son environnement.
Nos solutions fonctionnent. D’après nos usagers, leur ressenti est amélioré. Un nouvel état émotionnel émerge, caractérisé par du bien-être, de la sérénité, de l’apaisement.
Cela signifie-t-il que nos produits sont dix fois meilleurs ?
Certainement pas, restons humble. En revanche, nous les avons créés et produits avec soin, conduit par la volonté d’améliorer la qualité de vie. Et ça marche !

Un modèle qui tend uniquement vers la croissance, c’est obsolète

Développer un modèle économique qui rapporte beaucoup d’argent sans état d’âme, si tu n’es pas stupide, c’est réalisable. En revanche, faire vivre un modèle économique qui s’appuie sur la responsabilité sociétale, c’est plus compliqué.
Et pourtant, au sein de notre usine, nous n’avons eu de cesse de nous concentrer sur l’humain.
Cela signifie investir pour préserver l’emploi à Corbas.
Nous avons dû assumer de perdre de l’argent.
Mais, jamais nous n’avons opté pour la délocalisation.
Et tout ceci, c’est en raison de notre histoire d’entreprise, de nos valeurs. C’est ainsi que nous continuons à soutenir un chantier d’insertion, en lui confiant la réalisation des housses de protection de nos solutions. Car si nous n’aidons pas les gens dans le besoin, ils ne s’en sortiront pas. Si nous n’agissons pas en tant qu’entreprise, qui le fera ? Nous ne pouvons pas fermer les yeux sur la difficulté grandissante de notre société.

Innover pour développer sa responsabilité d’entreprise et son utilité sociétale

La croissance, c’est un cul-de-sac.
Quand tout le monde a un téléphone, quelle est l’étape d’après ?
Viser la croissance conduit à baisser les coûts, donc à rechercher des conditions de travail moins onéreuses, donc sous payer des travailleurs à l’étranger, pénibilité du travail, faire courir des risques, faire travailler des mineurs.
Il est temps de confronter l’innovation à l’épreuve de l’éthique et de la RSE, au lieu de l’envisager uniquement comme la panacée de tout modèle économique d’une entreprise.
La notion de valeur est également invitée à évoluer. L’envisager sous l’angle économique est plus que réducteur, c’est être à côté de la plaque.
La création de valeur émerge avec la notion de sens commun, lorsque les collaborateurs peuvent connecter le sens personnel de leur travail à celui de leur organisation.
Voilà ce qui nous anime au sein de Continuum.